3/7 – Révision (overhaul) * ADLER 205-374 / DÜRKOPP-ADLER 205-370

TRANSLATION – ПЕРЕВОД – TRADUCCIÓN – ÜBERSETZUNG – TRADUZIONE – ΜΕΤΆΦΡΑΣΗ – 翻訳 – 译本 …
MSCR blog is originally written in french but its full translation in any language is very easy 🙂
– PC – Personal Computer: button on the left of the page « Translate with Google »
– Smartphone / Tablet: button at the bottom of each page « Translate with Google »

MÉCANIQUE DE TÊTE


La première cause de point dur a été éliminée mais pratiquement l’opération fait apparaître un nouveau point de freinage cyclique très résistant que nous supposons en tête de machine.

Deuxième cause de point dur, MÉCANIQUE DE TÊTE

La mécanique de tête comprend le pied presseur et sa chaîne cinématique + un système double :

  • commande d’aiguille
  • commande de pied entraîneur.

Une anomalie saute aux yeux, c’est la position de la barre à aiguille. Ici, l’aiguille pique vers l’opérateur. Cela peut sembler normal sur une machine à aiguille entraînante mais pour s’en convaincre, il suffit de régler la couture à longueur de point = 0. La barre à aiguille devrait être parallèle à la barre de pied presseur ce qui n’est pas le cas.
En fait, elle est bien inclinée vers l’opérateur et cette anomalie devra être réglée ainsi que le calage de la griffe puisqu’elles marchent ensemble.

Originalité de la 205-374 et 370 : son mécanisme d’alternance avec un rail de coulisses assez complexe totalement différent de celui des autres machines à triple entraînement.

La mécanique de tête 205-374 ou 205-370 est très différente et nettement plus complexe que celle d’une Juki TSC 441 ou d’une Seiko CH-8B. Pour être vendable, sa complexité nécessitait une lubrification centralisée des nombreux composants imbriqués.

Après quelques années d’utilisation, les mécaniques de tête des machines à triple entraînement (même peu utilisées) devrait être rénovées au moins pour éliminer les dépôts d’huile résinifiée et contrôler leur état.

Barre de pied presseur : sur un triple entraînement, le pied presseur monte et descend à la même cadence que l’aiguille ou que le pied entraîneur. Cette barre doit être lubrifiée. Sur la 205-374, le huilage est automatique et il est important que le système de huilage fonctionne bien.
Avec le temps, même refrain, l’huile s’est accumulée en se solidifiant de sorte que l’huile nouvellement apportée n’a plus aucun effet lubrifiant.

La barre à aiguille coulisse difficilement. Elle est gommée et rayée mais pas vraiment usée. Elle peut être rénovée.

Le nettoyage et le dégommage de la barre de pied presseur font apparaître qu’elle est tordue au niveau du pivot. Cet incident se produit surtout lorsque le pied presseur ou le pied alternatif sont insuffisamment vissés et qu’ils viennent à se toucher l’un l’autre.

Pivot de barre visiblement tordu.

La déformation du pivot de cette barre fait que le pied presseur ne repose pas à plat sur l’ouvrage mais elle n’affecte pas sa glisse car la barre n’est pas déformée sur sa longueur.

Barre parfaitement rectifiée à chaud, elle va être polie avant remontage.

Réfectionner certains éléments comme cette barre est intéressant car c’est une opération simple et rapide. Le prix de la pièce d’origine D-A , une centaine d’euros.

La barre de pied presseur est remontée en calant très précisément le guide de coulisse. À défaut, le pied presseur reste en l’air tout de suite… ou plus tard.

Ce démontage est l’occasion de rénover les chenilles de lubrification de la barre. Montage à la graisse interdit !

Porte-barre pendulaire : le porte-barre Adler ou D-A est particulièrement résistant car usiné dans un bloc d’acier et non pas de fonte . Il comporte des conduits de lubrification.
La bielle est largement dimensionnée pour ne pas flamber sous charge excessive.

Anecdote : nous avons eu en main une « couture » réalisée avec une D-A 205-370 sur 15 mm d’épaisseur d’OSB (panneau de lamelles de bois orientées) sans casse, pas même de l’aiguille Schmetz 180 LR. Mais attention, réaliser ce genre d’expérience est totalement déconseillé. La machine n’est pas conçue pour cela et l’opération peut se solder par de coûteuses réparations. Compter 1500 à 2500 € en cas de casse !

À gauche, la barre à aiguille et à droite la barre de pied entraîneur. L’ensemble est bien gommé, la barre à aiguille coulisse en force dans le porte-barre et, comme par magie, la bielle tient toute seule à l’horizontale ! Tout ceci est naturellement complètement anormal surtout sur une machine « révisée » !

Le porte-barre est décapé, les barres sont polies mais au contrôle, la barre à aiguille est tordue sur 2 plans. Bien huilée, elle ne ne coulisse pas bien dans le porte-barre. Elle aussi nécessite une rectification.

La barre à aiguille tordue dans 2 plans est rectifiée à chaud puis repolie. La déformation étant assez complexe, l’opération demande du temps et de l’attention. Cette opération assez longue reste intéressante aussi car comme toutes les pièces D-A, la barre à aiguille est un produit de luxe… compter 150€

Le groupe est réassemblé. La barre à aiguille est réglée approximativement. Elle le sera définitivement à l’occasion de tests.

Le groupe partiellement remonté est testé positivement machine actionnée à la main : mouvement souple et fluide.

Peu après, nous poursuivons avec un test au moteur jusqu’à la vitesse maxi de 800 pts/mn pendant plusieurs minutes. Et là, MAUVAISE SURPRISE : avec la vitesse et l’échauffement, un petit reste de vieille huile goudronnée s’est mis à gommer.

L’utilisation du moteur masquerait cette anomalie aux yeux de beaucoup d’utilisateurs mais ne la ferait jamais disparaître. Un nouveau démontage s’impose.

Il faut redémonter et reprendre le dégommage mécanique et chimique de façon plus énergique.

Remontage et nouveau test au moteur : 10 minutes à grande vitesse : plus de problème.

Mécanique de tête partiellement remontée après second dégommage. Contrôle de cinématique au moteur à 500 pts/mn.

Dernier contrôle : le moteur est découplé pour pouvoir actionner la machine à la main et bien sentir le mouvement.

Contrôle de cinématique à la main, moteur découplé : c’est parfait !

Le contrôle est concluant. Le remontage du mécanisme de tête va se poursuivre pour pouvoir examiner le mouvement alternatif des pieds.
Pour cela, il faut donc s’attaquer à la coulisse.

Coulisse : groupe mécanique massif de 3 pièces d’acier avec de grandes surfaces de frottement, la coulisse est au centre du triple entraînement des 205-374 et 370. Elle doit être en parfait état aussi nous procédons à sa rénovation.

La coulisse au démontage. Ensemble en bon état mécanique sans usure. Il demandait un décapage, un déglaçage des portées et la remise en état du dispositif de huilage.

L’ensemble est soigneusement nettoyé et contrôlé : absence d’usure. Les portées sont déglacées et les chenilles de lubrification remises à neuf.

Rail de coulisse avec ses trous, au centre la coulisse qui compte elle-même deux petits rails de coulisse perpendiculaires. Dans les 2 trous oblongs rapprochés au centre, se visse la 3ème pièce, un autre guide de coulisse. Ensemble ramené à un état impeccable.

Associée à la très robuste came de volant, cette coulisse massive fait toute l’originalité et le « plus » du système Adler par rapport aux autres mécaniques triple entraînement extra lourdes : sur très grosses épaisseurs, alternance réglée au maximum, la machine ne force pas.

Dans le secret de la 205-374 / 370

Le mécanisme de tête est complètement remonté. Avec les frottements supplémentaires, le mouvement est évidemment un peu plus « gras » mais il reste doux et fluide.

Absolument rien à voir avec le mouvement du début qui était incroyablement dur, résistant et irrégulier.

Réglage de hauteur de barre d’aiguille
Les manuels d’ateliers donnent une valeur standard pour le réglage de la hauteur de la barre d’aiguille.
Sur cette base, après remise en état de l’entraînement inférieur et du système de crochet, nous affinons la hauteur au cours de tests jusqu’à validation avec différents calibres d’aiguille et grosseur de fil, longueur de point maxi avant et arrière.
Parfaire ce réglage oblige à revenir sur le mécanisme de tête mais c’est la seule façon d’atteindre un résultat optimal et nous lui consacrons tout le temps nécessaire.

Tous les points durs et les freins ont été réglés, la mécanique de tête est révisée. Nous pouvons poursuivre avec l’entraînement inférieur et la commande de crochet.

Max & Shed,
01/2022


1/7 DÉPANNAGE : DÉBLOCAGE du mouvement

2/7 RÉVISION : Recherche des FREINS au MOUVEMENT

3/7 RÉVISION : MÉCANIQUE DE TÊTE

4/7 RÉVISION : ENTRAÏNEMENT INFÉRIEUR et COMMANDE DE CROCHET

5/7 RÉVISION : SYSTÈME DE LUBRIFICATION

6/7 : SYNCHRONISATION et RÉGLAGE du TRIPLE ENTRAÎNEMENT – DIVERS

7/7 : ÉCHANTILLONNAGE, TESTS et BILAN

Textes et illustrations © Max & Shed Custom Recreation. Tous droits réservés. Reproduction même partielle rigoureusement interdite sauf autorisation écrite des auteurs.
En cas d’utilisation d’extraits des textes ou de reproduction de photos en publication privée ou autorisée, merci de citer les auteur dans la mention « Copyright ou © Max & Shed Custom Recreation ».

Publicité